Coulisses de Max – Auteur et narrateur ne sont pas la même chose

par | 13 06 15 | Coulisses de Max, Ecriture | 5 commentaires

MaxLe dernier avis laissé à propos de Max sur Amazon est intéressant, car il souligne de quelle façon il est facile pour un lecteur de confondre narrateur et auteur d’un livre.

avis-amazon

Ce commentaire (que vous pouvez agrandir en cliquant sur l’image) contient notamment les phrases suivantes :

– « L’aspect nauséabond provient des commentaires réalisés par un protagoniste qui souvent reste inconnu pour le lecteur. C’est une voix qui par conséquent semble être la voix des auteurs (MIA) et c’est ce qui gêne le plus dans les propos tenus ».

– « Les auteurs dérapent totalement et bien qu’ils placent ces propos dans la bouche d’un “être” fictif (et quel être fictif !), ce sont leurs mots et leurs idées. Et ils font froid dans le dos. »

Alors je voudrais commencer par rappeler une évidence que nous avons eu l’occasion d’expliquer (entre autres points discutés) dans la longue interview que nous avons donnée à Kathy Dorl et que nous avons publiée sur ce blog il y a quelques jours : non, les auteurs de M.I.A ne sont pas le « méchant » narrateur du livre et ses idées ne sont les nôtres. 🙂
Tous ceux qui nous connaissent personnellement trouveraient d’ailleurs un tel amalgame très rigolo…

Un auteur (sauf cas particulier des mémoires, journaux intimes et autobiographies) n’est si son narrateur ni ses personnages. Et heureusement !

Car cela voudrait dire, s’il est une personne de bonne mentalité, qu’il n’aurait alors le droit de faire parler ni des psychopathes, ni des extrémistes, ni des misanthropes, ni des fous, ni des tueurs d’enfants, ni des dictateurs et j’en passe.

Cela voudrait aussi dire qu’il est condamné à écrire sans relâche le même livre rempli de bonnes intentions, où tout le monde s’aime et est heureux dans le meilleur des mondes, sans se renouveler ni prendre de risques à chaque nouveau roman.
Et alors, dans un genre comme celui du thriller (et pas seulement), à quoi servirait-il, s’il n’est là que pour brosser tout le monde dans le sens du poil sans jamais s’emparer de la réalité ?

La fiction est un genre dans lequel l’auteur va pouvoir au contraire, via la narration, faire parler ce qui le choque ou l’intrigue lui-même dans le monde au sein duquel il vit.
Ce dont il est témoin, ce qu’il voit, ce qu’il entend vont lui donner une matière première qu’il va exploiter.
Il place des mots et des idées dans la bouche et les pensées de personnages qui sont indépendants de lui et peuvent parfois le révolter lui-même.

Et dans Max, nous avons choisi de mettre le doigt là où le monde va mal, dans ce qu’il a de plus sombre et de plus effrayant, via une « voix » qui n’est qu’un être fictif (comme l’a d’ailleurs relevé l’auteur du commentaire) et représente un peu la mauvaise conscience du monde, complexe, trouble et parfois même illogique.
Nous l’avons fait en voulant secouer le lecteur, en l’obligeant à réfléchir à ses propres convictions et pensées (et que celui qui n’a jamais eu une pensée malsaine de sa vie se fasse connaître, car une telle personne n’existe pas dans le genre humain).

Là où les médias traditionnels évoquent les horreurs du quotidien de façon si formatée qu’on arrive à les maintenir mentalement à distance, nous avons voulu mettre les pieds dans le plat et susciter une forme d’indignation.
Et il semblerait que ça fonctionne… 🙂

Je pose donc la question, en réponse au titre de ce commentaire : finalement, pourquoi recommander à d’autres lecteurs de « fuir » ce livre ?
Pour leur épargner, par grandeur d’âme, de devoir se poser certaines questions à leur tour ?
Parce qu’un livre doit nécessairement se contenter d’être un bon moment passé, où les gentils gagnent à la fin et où le monde est parfait ?
Parce qu’il ne faut jamais lire ce qui est dérangeant et perturbant, sous peine d’être « sali » par sa lecture ?
Parce que cette personne est passée à côté du livre et n’a pas compris ses intentions ?

Ce commentaire m’a laissée perplexe, car son auteur a aussi indiqué avoir « bcp aimé les autres romans, surtout “La Faille” ».
Il devrait donc savoir que le duo M.I.A n’aime pas les ambiances narratives de type « tout est noir ou blanc », et savoir aussi que nous n’aimons pas les compromis faciles qui ne servent pas l’objectif du livre (nous tuons des enfants quant c’est nécessaire à l’intrigue et nous ne débordons pas d’optimisme au sujet du genre humain, c’est vrai…).

Alors, pourquoi cette réaction ? Un débat serait intéressant pour creuser ses causes profondes.

En tout cas, notre article « Max – Un livre qui ne plaira pas à tout le monde » était apparemment justifié… 🙂

Nous espérons que nos lecteurs auront envie d’en savoir plus et partiront à la découverte de ce nouvel opus, pour en tirer leurs propres conclusions.

ACHETER « MAX » SUR AMAZON AUTRES DISTRIBUTEURS

À bientôt pour d’autres coulisses !
Hélène

Dans la même catégorie d’articles :

Commentaires Facebook

commentaires

5 Commentaires

  1. Cathy

    Amusant de retrouver la même citation choc que dans l’interview 🙂 Max c’est attration ou répulsion. Il n’a pas fini de faire parler… et de se faire connaitre, j’en suis intimement convaincue.
    Mère-nature est cruelle. Dans les vidéos de portée de chatons, on ne voit pas celui que la mère abandonne car trop faible, dévoré chez d’autres félins sauvages. La notion du bien et le mal n’existent pas, seuls sont : la construction et la destruction, on se rapproche même de la philosophie biologique 🙂
    Nos approches de la vie et de la mort sont conceptualisées, lissées. Le mal est derrière l’écran de nos télévisions. Il est loin, en fait, quelque part, il n’existe pas. Sauf quand M.I.A pose le doigt dessus, et là ça dérange.
    Ca dérange autant que lorsque notre regard se baisse devant un handicapé, ou lorsqu’il fuit devant l’agonie de nos proches atteints d’un cancer. Sauf qu’objectivement, sans nos cadres pitoyables de « sociétés », dès sa naissance l’handicapé aurait mis de côté et le cancéreux ne serait qu’un « bug » dans les mutations génétiques, ou un retour dans la tronche de nos pollutions.
    La lecture de MAX m’a profondément bouleversée mais aussi, rassurée (pour des raisons personnelles)
    Le narrateur n’est pas M.I.A, l’auteur a juste (enfin c’est mon ressenti) laisser la parole (pour une fois) à Mère-Nature, si belle mais diablement carnivore.
    Et c’est bien là, le plaisir d’écrire, non ?

      (Citer)  (Répondre)

    Réponse
  2. veranne

    Certaines personnes oublient de respecter ceux qui écrivent. Ce commentaire sans que j’ai lu le livre me donne envie de le découvrir, car il y a à l’évidence quelque chose qui dans le récit a mis mal à l’aise cette personne. Effectivement tous les livres ne peuvent pas être des exemples d’optimisme béat et la conviction que le bon peut l’emporter sur le mal ne doit pas nous faire oublier qu’il existe. Pour moi écrire c’est prendre un risque, celui de déplaire peut être mais aussi celui d’aller plus loin dans la découverte de l’être humain, la sienne et celle du lecteur qui réagit ainsi comme pour se défendre d’avoir de la noirceur au fond de lui.

      (Citer)  (Répondre)

    Réponse
  3. mialn

    Merci à toutes les deux pour ces commentaires personnels, très justes.

      (Citer)  (Répondre)

    Réponse
  4. Florence

    Je n’ai pas lu Max et je ne sais pas encore si je le lirai. L’extrait m’a mise très mal à l’aise, voire proche de la répulsion… mais j’ai adoré La faille et quelque part je suis tout de même curieuse de voir jusqu’à quel point Max peut me bousculer (il faut croire que je suis un peu maso ^^) ! Surtout que certains commentaires de lecteurs ont tendance à me faire pencher du côté de la lecture. Bref, je me tâte…
    Mais s’il y a bien une chose qui ne m’avait pas effleuré l’esprit (mais alors pas du tout, du tout !) c’est que la voix du narrateur puisse être la vôtre. J’avoue que cela me sidère qu’un lecteur puisse prendre un texte à tel point au premier degré.

      (Citer)  (Répondre)

    Réponse
    • mialn

      Merci, Florence, pour ce message.

      J’espère malgré tout que vous sauterez le pas, car si « Max » est radicalement différent de nos 5 livres précédents (et c’est dans cette optique de « renouvellement » que nous avons choisi de l’écrire), il est à mon avis notre travail le plus abouti à ce jour, comme je l’explique dans cet article : http://leblogmia.com/coulisses-de-max-une-ecriture-differente/

      Vous pouvez aussi l’apprivoiser en écoutant notre interview, si vous n’avez pas eu l’occasion de la suivre : https://www.youtube.com/watch?v=AcxRQ-K2IMU

      Je comprends tout à fait vos réticences, et si d’aventure vous préférez sauter votre tour pour ce livre, sachez que vous retrouverez une ambiance plus proche de celle de « La Faille » dans notre prochaine trilogie, actuellement en cours d’écriture.

      Merci en tout cas pour votre message, c’est gentil de venir faire un tour ici pour donner votre avis. 🙂

      Bien amicalement,
      Hélène

        (Citer)  (Répondre)

      Réponse

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Vous aimez nos livres ? Envie de bonus, de cadeaux... ?

Rejoignez notre cercle d'abonnés pour être informé(e) de nos futures parutions, suivre notre actualité et en découvrir les coulisses.
Vous recevrez en moyenne une newsletter par semaine, ainsi qu'une notification chaque fois qu'un nouvel article sera publié sur notre blog (et votre adresse ne sera, bien sûr, jamais communiquée à des tiers).

Afin de vous remercier, nous vous offrons une copie numérique de Rémoras, La Faille - Volume 1, ou Les Affligés - Volume 1, lors de la validation de votre inscription, sur simple demande par email.

À bientôt !
Hélène et Sébastien

Votre inscription est bien enregistrée, merci !

Pin It on Pinterest

Shares
Share This