Pourquoi le choix de la fantasy pour Les Affligés ?

par | 22 12 15 | Coulisses des Affligés | 0 commentaires

Couv_blogAprès le thriller de politique-fiction (Rémoras), l’anticipation (La Trappe), la science-fiction post-apocalyptique (la trilogie La Faille) et le thriller fantastique (Max)… nous avons choisi de passer à la fantasy pour notre nouvelle trilogie, Les Affligés, dont le premier volume est sorti hier.

En savoir plus sur ce livre

Quelle drôle d’idée, pensez-vous peut-être… Pourquoi ce choix ?

Parce que c’était mon tour (Hélène) de proposer le genre et le thème du prochain M.I.A, lorsque la question s’est posée en février dernier, et que l’exercice m’attirait au plus haut point depuis plusieurs années.
Je suis fan de fantasy depuis bien longtemps. Qu’elle soit épique, héroïque, politique, antique, médiévale… En livres, en films ou séries, et surtout en jeux de rôles…

Elle représente près du tiers des quelque 150 jeux vidéo dans lesquels j’ai baigné ces vingt dernières années, de Baldur’s Gate à Guild Wars, en passant par les titres ou séries Diablo, Might and Magic, Fables, The Witcher, WoW, Dungeon Siege, Neverwinter Nights, Arcanum, Final Fantasy, The Elder Scrolls, Icewind Dale, Titan Quest, Sacred… et j’en passe. Les connaisseurs et adeptes sauront compléter cette liste… 🙂
Avec le survival horror et le jeu d’aventures, la fantasy est sans conteste mon genre favori, qu’elle se décline dans n’importe quelle sous-catégorie.

J’ai été magicienne, archère, guerrière, guérisseuse, voleuse… Je suis morte cent mille fois ; j’ai tué des milliers d’ennemis en tout genre ; j’ai passé des centaines et des centaines de niveaux ; j’ai parcouru des milliers de kilomètres pour boucler la moindre quête secondaire ; j’ai hanté les forums spécialisés ; j’ai usé 10 PC, 6 consoles et un nombre indécent de souris, claviers et manettes. Seule, en réseau, dans tous les modes de jeu possibles…

Bref, il s’agit d’une grande passion personnelle et d’un domaine dont je pense maîtriser un nombre important de codes, par l’expérience.
Ce qui n’était pas du tout le cas de Seb, lorsque je lui ai présenté mes premières idées… et c’est là que ça devient intéressant… 🙂

Mes critères initiaux étaient les suivants : de la fantasy adulte et mature (pas avec de jeunes gens tout mignons ayant tous moins de 25 ans et qui affrontent douze dragons avec une dague et un bouclier) et en n’ayant pas peur de maltraiter nos personnages) ; politiquement complexe ; dans un monde créé de toutes pièces, mais proche du nôtre ; où la magie existe, mais n’a rien d’évident ; où l’humanité est son propre ennemi et n’a pas besoin d’attaques de créatures géantes et baveuses pour avoir de gros problèmes à régler.

En résumé, un univers fantasy à la M.I.A. : sombre, épuré, humain et un poil désespérant.

Nos échanges avec Seb, durant toute la phase préparatoire qui a duré près de quatre mois, ont été formidables en raison de notre décalage : puisqu’il ne connaissait quasiment rien des univers propres à la fantasy, il ne s’est jamais autocensuré et a proposé une foule d’idées en ne se concentrant que sur une chose : l’intrigue et ses personnages.
À moi de lui dire si ses propositions étaient compatibles ou pas avec les « règles » du genre.
Ceci nous a permis de sortir des sentiers battus et de façonner cette nouvelle trilogie en y incorporant des thèmes qui nous sont chers : intérêts communs vs intérêts personnels, rivalités et complots politiques, traîtrise, sens du sacrifice, organisation de la société, etc.

Les fans du genre trouveront bien sûr dans cette trilogie de nombreux hommages à certains des jeux mentionnés plus haut, ainsi que quelques petits clins d’œil aux livres des grands Tolkien, Robin Hobb, George R.R. Martin, etc.

Douze personnages principaux, un univers entier à bâtir (géographie, société, guildes, etc.), un double système de narration, une histoire étalée sur un siècle… : il s’agit de notre travail préparatoire le plus complexe à ce jour, bien plus que celui de la trilogie La Faille, dont la gestion des éléments temporels entrecroisés avait pourtant nécessité des semaines de migraines.

Nous avons adoré préparer cette trilogie et en écrire le premier volume, Isolation.
Nous espérons que nos lecteurs prendront le même plaisir à découvrir l’histoire et l’univers qui les attend.

Merci à tous ceux qui embarqueront pour ce nouveau voyage !
Hélène & Sébastien

Dans la même catégorie d’articles :

Commentaires Facebook

commentaires

0 commentaires

Trackbacks/Pingbacks

  1. Interview M.I.A - Quatrième Partie | The Book Lovers - […] 2. Pourquoi avoir choisi la Fantasy pour cette nouvelle trilogie ? Alors, pour faire simple, je vous propose de…

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Shares
Share This

Vous aimez nos livres ? Envie de bonus, de cadeaux... ?

Rejoignez notre cercle d'abonnés pour être informé(e) de nos futures parutions, suivre notre actualité et en découvrir les coulisses.
Vous recevrez en moyenne une newsletter par semaine, ainsi qu'une notification chaque fois qu'un nouvel article sera publié sur notre blog (et votre adresse ne sera, bien sûr, jamais communiquée à des tiers).

Afin de vous remercier, nous vous offrons une copie numérique de Rémoras, La Faille - Volume 1, ou Les Affligés - Volume 1, lors de la validation de votre inscription, sur simple demande par email.

À bientôt !
Hélène et Sébastien

Votre inscription est bien enregistrée, merci !