Librairies numériques : comment décrypter les commentaires

par | 17 03 12 | Ecriture, Univers de la lecture numérique | 2 commentaires

Avant-hier, Rémoras a eu sa première critique négative sur Amazon.

Si les commentaires négatifs font partie de la vie d’un roman (il vaut même mieux accepter cet état de fait rapidement, sous peine de déprime assurée !), il est intéressant de comprendre comment et pourquoi les commentaires sont rédigés, en sachant que certaines pratiques sont de plus en plus courantes dans les librairies numériques.

Cet article propose donc un petit tour dans le monde impitoyable des commentaires… 🙂

Pour commencer, deux constats (qui ne viennent pas seulement de nous, mais qui ont été établis par la plupart des auto-publiés qui vendent sur les plate-formes numériques) :

  • Sur l’Ibook Store, environ 5% des lecteurs donnent une note au roman qu’ils ont acheté et 1% rédigent un commentaire (Rémoras sera prochainement dans leur catalogue et nous pourrons voir nous-mêmes ce qu’il en est).
  • Dans la boutique Kindle d’Amazon, cette proportion est encore plus faible (sans doute parce qu’il faut obligatoirement rédiger un commentaire pour donner une note, ce qui décourage vite ceux qui n’ont pas le temps ou l’envie d’écrire).
    Ainsi, seulement 3% des acheteurs de Rémoras ont laissé un commentaire (et encore, en comptant les trois premiers, laissés par nos bêta-lecteurs).
    La proportion habituellement constatée par les auto-publiés avec plus de recul est de 0,5 à 1% environ.


Au-delà des chiffres, le plus intéressant est le contenu des commentaires eux-mêmes, car certains sont évidemment tout sauf sincères (la mise en ligne de commentaires « commandés » étant devenue un véritable business outre-atlantique, donnant même lieu à des procès en tous genres !) :

  • On trouve d’abord les « faux commentaires positifs », généralement reconnaissables par leurs intitulés dithyrambiques et leurs contenus bien peu étayés.
    S’il est de bonne guerre d’amorcer la pompe avec quelques commentaires de proches qui veulent donner un coup de pouce au décollage du livre (et je l’ai dit, nous avons nous-mêmes invités trois de nos bêta-lecteurs à s’exprimer), cela devient un problème quand on paye des gens pour le faire (pratique de plus en plus courante) ou qu’on s’en charge soi-même sous vingt noms différents !
    Ces faux avis positifs sont assez faciles à repérer : ils n’ont pas de substance, sont répétitifs et ne donnent finalement que peu d’informations concrètes quant à la raison qui se cache derrière la note.
  • Ensuite, vous avez les « faux commentaires négatifs », généralement reconnaissables par leurs intitulés assassins et leur manque d’explications.
    Par exemple, si le commentaire négatif reçu pour Rémoras nous a particulièrement étonnés, ce n’est pas parce qu’il est négatif, mais bien parce qu’il n’explique absolument pas pourquoi il l’est ! (même s’il s’agit peut-être d’une simple paresse de la part de la personne, qui n’a pas eu envie de s’étendre…ne soyons pas paranoïaques).
    Il est devenu courant de faire poster ce type d’avis sur les livres de la concurrence (notamment pour en faire baisser la note globale) et il est donc intéressant de regarder plus en détail les critiques très négatives, surtout lorsqu’elles sont isolées au milieu d’un ensemble d’avis favorables, pour voir ce qu’elles valent vraiment.
    Bizarrement, il faut savoir que plus un livre a de succès, plus la proportion d’avis négatifs (voire méchants) qu’il reçoit tend à augmenter…étrange, non ? 🙂
    Il faut savoir que chez Amazon et dans l’Ibook Store (à la différence d’autres plate-formes), il n’est pas obligatoire d’avoir acheté un produit particulier pour le commenter, mais qu’un achat quelconque fait l’affaire une fois pour toutes : la tentation pour certains d’aller parler d’un livre qu’ils n’ont pas lu est donc grande…
    Par exemple, si vous voyez qu’une personne a tendance a toujours assassiner certains types de publications (comme celles des auto-publiés) et à encenser celles d’une maison d’édition en particulier…méfiez-vous !

Afin de s’y retrouver plus facilement quant à la valeur réelle d’un livre, l’idéal est donc de se servir de la fonction « recevoir un extrait gratuit », afin de mieux savoir où l’on met les pieds.
La plupart des plate-formes proposent cet envoi partiel et je ne peux que vous recommander de vous en servir avant chaque achat : cela vous aidera à voir quels commentaires relatifs au livre sont les plus proches de votre première impression personnelle.

Pour terminer, sachez que le fameux avis négatif dont je parle ici a reçu la réponse spontanée d’un autre lecteur, qui avait manifestement les mêmes doutes que nous quant à l’objectif réel du commentaire.
J’en ai donc profité pour donner notre propre réponse et inviter la première personne à étayer son propos et à mieux expliquer sa note, en espérant qu’elle le fera.
Vous pouvez retrouver ce petit échange sur cette page.

Hélène

Dans la même catégorie d’articles :

Commentaires Facebook

commentaires

2 Commentaires

  1. Christine Thierry

    Bonjour; j’ai auto-édité il y a 2 mois un thriller psychologique, « Divine Céleste », en vente sur amazon; les retours que j’en ai sont très positifs et j’étais très heureuse de partager mon plaisir d’écrire avec mes lecteurs. Je parle à l’imparfait car j’ai été très déstabilisée par une critique pour le moins peu élogieuse.
    Je laissais donc mon livre se vendre tranquillement tandis que je me consacrais à la rédaction d’un second roman, quand j’ai voulu prendre des nouvelles de mes ventes. Bien mal m’en a pris: mon livre venait de recevoir un premier commentaire très négatif sur amazon. Je l’ai relu à plusieurs reprises afin d’en tirer une leçon pour ma rédaction en-cours, mais je n’en tire pas grand chose pour le moment. J’ai passé une nuit assez terrible, à décortiquer mon roman pour en rechercher la raison de la sentence, mais rien n’apparaît.
    Il est amusant de constater que moi aussi, j’ai rédigé un billet à propos de cette première remarque négative, ici:
    http://christinethierry.eklablog.com/comment-positiver-une-critique-negative-a114794578
    Il faut supposer qu’il s’agit d’un grand événement sans doute dans la vie d’un « jeune » auteur.
    C’est en recherchant un peu de réconfort auprès d’autres écrivains compagnons d’infortune que je suis arrivée sur votre blog. Merci pour votre éclairage. Vous avez raison, les extraits gratuits sont le meilleur moyen pour le lecteur de se forger un avis avant l’achat. Je ne me voile pas la face, le commentaire négatif que j’ai reçu est vraisemblablement authentique, mais j’ai trouvé en vous les mêmes questionnements, la même remise en cause de votre travail suite à la critique qui vous a également blessé.
    Nous mettons un peu de nous dans nos pages, au moins tout notre cœur, parfois nos expériences; il faudra apprendre à prendre du recul face à la critique… qu’elle soit positive ou négative.
    Merci pour votre article!

      (Citer)  (Répondre)

    Réponse
    • mialn

      Bonjour Christine,

      Mon article d’origine a presque 3 ans et je vous avoue qu’avec le recul, je ne prendrais même pas le temps de l’écrire aujourd’hui… 🙂

      En effet, plus on publie et plus on tombe dans une routine qui fait que l’on s’éloigne de ce qui semblait essentiel à ses débuts.

      Lorsque « Rémoras » est sorti, Sébastien et moi-même guettions chaque nouveau commentaire avec excitation et un poil d’angoisse. Pour notre 5e titre, sorti en décembre dernier, je ne suis pas allée voir la page depuis plusieurs semaines… ^_^

      Pas que l’on se fiche désormais de l’avis de nos lecteurs ou qu’on devienne complètement blasé, mais juste parce qu’on quitte le domaine du « mon livre est sorti ! » à « nous sommes déjà en train de travailler sur les trois suivants » et que le temps est donc consacré de plus en plus à l’avenir, pas à l’existant qui appartient déjà au passé d’un point de vue éditorial.

      Plus on publie et plus une forme de légitimité naturelle s’installe. On sait qu’on ne plaira pas à tout le monde, mais on a déjà passé le cap du « qualité à démontrer », ce qui libère complètement du reste. Nous avons eu la chance de beaucoup vendre (et nous vivons de l’écriture, de façon plus générale), ce qui nous a certainement poussés à franchir cette étape assez rapidement, et j’espère pour vous que vous connaîtrez le même parcours.

      Vous découvrirez certainement qu’avec le passage des mois et la sortie de nouveaux titres, vous n’éprouverez plus les mêmes besoins et je pense qu’il s’agit d’un cycle naturel pour un auteur qui se « professionnalise ».

      Je souhaite le meilleur à votre livre et vous remercie pour votre visite sur notre blog ! 🙂

      Bien amicalement,
      Hélène

        (Citer)  (Répondre)

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Shares
Share This

Vous aimez nos livres ? Envie de bonus, de cadeaux... ?

Rejoignez notre cercle d'abonnés pour être informé(e) de nos futures parutions, suivre notre actualité et en découvrir les coulisses.
Vous recevrez en moyenne une newsletter par semaine, ainsi qu'une notification chaque fois qu'un nouvel article sera publié sur notre blog (et votre adresse ne sera, bien sûr, jamais communiquée à des tiers).

Afin de vous remercier, nous vous offrons une copie numérique de Rémoras, La Faille - Volume 1, ou Les Affligés - Volume 1, lors de la validation de votre inscription, sur simple demande par email.

À bientôt !
Hélène et Sébastien

Votre inscription est bien enregistrée, merci !