Chronique de Rémoras sur Les Livres d’Ismérie

Chronique de Rémoras sur Les Livres d’Ismérie

Chronique de Rémoras sur Les Livres d’Ismérie

Lorsque nous avons démarché les blogs littéraires pour proposer la lecture et la chronique de Rémoras, nous avons obtenu une réponse positive d’Ismérie, qui vient de finir le roman et de poster sur son blog une nouvelle critique du livre.

En voici le début, l’intégralité de la chronique pouvant être lue sur Les Livres d’Ismérie.

Merci à elle d’avoir accepté ce partenariat et d’avoir pris le temps de rédiger son analyse (fine et enthousiaste, ce qui ne gâche rien !) 🙂

Livre très gentiment proposé par M.I.A, j’ai mis un peu de temps à le lire car la fin d’année a été assez speed au collège. Je m’en excuse platement.

Rémoras m’a tout de suite séduit par sa couverture sobre, qui n’attire pas forcément le regard t son résumé qui promet une aventure assez atypique. Atypique, car il est très difficile de classer ce roman, tant il mélange les genres. Thriller/polar/ fiction/ presque dystopie, c’est un pari réussi qui m’a emmené dans les limbes d’un récit que je qualifierais d’intelligent et de rythmé.

Histoire écrite à quatre mains, j’ai été très agréablement surprise par la cohésion du texte, sans aucun temps mort ni passages bizarre où on ne comprend rien. Pourtant, ce n’était pas couru d’avance, car un des points qui m’a déstabilisé au départ est la profusion incroyable de personnages dès les premiers chapitres (un chapitre = quelques nouveaux personnages). J’ai passé plusieurs pages à essayer de trouver des points communs entre eux, pour finalement me laisser porter au fil du récit et voir enfin les éléments s’imbriquer les uns dans les autres…

LIRE LA SUITE

Dans la même catégorie d’articles :

 

Chronique de Rémoras sur Les Livres d’Ismérie

Chronique de Rémoras sur Espace Temps Libre

Chronique de Rémoras sur Espace Temps Libre

Une autre chronique de Rémoras à découvrir aujourd’hui sur le site Espace Temps Libre, dont la rédactrice a aimablement accepté un partenariat il y a quelques semaines.

Sa critique détaillée et inspirée est très professionnelle et nous la remercions encore d’avoir pris de son temps (sa liste de livres en attente est manifestement très longue !) pour lire notre roman avec autant d’attention.

Voici la chronique, l’article complet étant à lire sur le blog Espace Temps Libre.

J’ai eu un peu peur au début de ma lecture car j’ai vu très rapidement que nous allions faire des bonds dans le passé, revenir en avant, et ainsi de suite. De plus, les personnages se multipliaient. Arg !!!!

J’ai une mémoire de poisson rouge parfois et je me perds assez aisément dans les intrigues trop foisonnantes et aux protagonistes trop nombreux. Mais heureusement, tout rentre vite dans l’ordre et j’ai pu remettre à la bonne place les éléments donnés par les auteurs.
Ouf ! Il suffisait de suivre les petits cailloux blancs semés par ces derniers. J’ai agi comme le Petit Poucet.
Tous les détails sont importants dans ce type de récit. C’est souvent là que réside d’ailleurs un élément clef pour la suite des évènements. Aussi, je vous conseille d’être attentif durant votre lecture, mais cela ne sera pas trop compliqué car l’écriture est agréable, on se prend d’amitié pour les héros qui sont loin d’être parfaits (et c’est tant mieux). Oui, on va avoir à faire avec l’équivalent de trois Jason Bourne (oui pour le prix d’un seul !!!!) et si l’action ne manque pas, on a aussi droit à des scènes plus touchantes, moins techniques, plus quotidiennes, assurément humaine. Car oui, l’homme a ses failles, ses faiblesses et malgré cela, il avance dans l’existence.
Et puis, je vous rassure, il y a des femmes également dans ce roman. Et pas des moindres. Certaines possèdent une belle carapace. Non mais des fois !!!!
Parfait mélange de réel et de fiction, on y croit facilement. C’est indéniablement un plus pour ce type d’histoire car plus cela parait vrai, plus on aime. Presque on se poserai des questions du style, mais : « Et si au bout du compte, c’était véridique ?! ».
Hummm, on en frissonne et c’est bien agréable.
J’ai trouvé que le Cercle me faisait également penser à ces hommes que l’on voyait juste dans la pénombre dans la série déjà ancienne « X-Files« , ces entités sombres qui tiraient les ficelles dans l’ombre. Faut dire que l’idée du complot planétaire n’est pas si loin, même si l’on ne voit, ni ne parle de nos amis les extraterrestres. Pas besoin, on a assez de siphonés du boulot comme ça sur Terre.
Les cadavres ne vont pas manquer dans ce récit, des coupables, des innocentes victimes, on aura de tout. C’est aussi ce qui fait que ce livre peut faire peur. L’hémoglobine, les explosions, les rafales sont légions, mais jamais gratuites. Elles illustrent juste l’intrigue qui est particulièrement ténébreuse.
On a parfois envie de secouer les protagonistes pour les faire réagir ou pour les empêcher d’accomplir un geste qu’ils pourraient regretter par la suite. On n’est pas simplement un spectateur, on souhaite devenir un acteur. Les auteurs auront alors réussi leur pari, j’en suis certaine : faire que l’on ne soit plus aussi passif, que l’on cherche à comprendre les choses de la vie, le pourquoi du comment, et surtout ne plus gober ce que l’on nous sert sur un plateau d’argent en guise d’information.
A découvrir, ce livre est un savant mélange des genres sans en devenir indigeste et le prix en version ebook est vraiment avantageux donc n’hésitez pas trop.
Dans la même catégorie d’articles :

 

Chronique de Rémoras sur Les Livres d’Ismérie

Chronique de Rémoras sur Les Agents Littéraires

Chronique de Rémoras sur Les Agents Littéraires

Nous avons demandé il y a six semaines au site les-agents-littéraires-fr, spécialisé dans la critique des livres peu médiatisés, de réaliser celle de Rémoras.

Le principe est assez simple : remplir un formulaire de demande, leur adresser une copie du livre puis en envoyer une autre à un de leurs blogueurs littéraires, choisi aléatoirement par leurs soins.

La chronique de Rémoras a été publiée hier sur leur site (et était déjà en ligne sur le blog de la personne ayant rédigé la critique, O-Littéraires, depuis le 22 avril… je m’en suis rendu compte un peu tardivement…).

La critique qui en découle est non seulement détaillée et très structurée, mais elle est aussi particulièrement enthousiaste, ce qui nous fait évidemment très plaisir.

Vous pouvez vous rendre sur l’un des deux sites pour la lire, mais je profite de ce post pour la copier ici, en remerciant Les Agents Littéraires et O-Littéraires d’avoir su dépasser les craintes qu’ils pouvaient avoir vis-à-vis d’un roman auto-publié et d’avoir accepté ce partenariat. 🙂

Voici donc la chronique en question…

> Les auteurs ont choisi l’auto-édition pour leur roman. On peut avoir moins confiance pour les livres auto-édités comme aucune maison édition n’a validé le récit. J’ai vu beaucoup de critiques très enthousiastes qui recommandaient de ne pas prendre en compte ce paramètre et de foncer acheter le bouquin. Je confirme ! Peu importe vos appréhensions, ce livre est digne d’une grande maison d’édition ! C’est impossible de ne pas être bouleversé à cette lecture. Les auteurs pourraient même mettre en place un « satisfait ou remboursé » tellement ce roman coupe le souffle.

Le récit se met en place tout doucement. Les premiers chapitres ne se suivent pas. On passe à des personnages, des périodes et des lieux différents. Chaque chapitre débute en donnant le lieu et le moment où l’action se passe. Je m’y suis reportée à beaucoup de reprises pour mettre les éléments en ordre. On se doute que toutes ces petites histoires vont finir par se recouper, mais on a vraiment du mal à voir comment.

L’écriture est très entraînante. J’ai accroché immédiatement et j’ai lu ce pavé en quelques heures sans voir le temps passer. C’est une magnifique plume qui sait parfaitement doser descriptions, dialogues et passages d’action pour nous captiver totalement !

J’adore les personnages ! Tous sans exception ! Ils sont très très bien construits. Je tire mon chapeau aux auteurs. Le côté psychologique est là, ainsi que la crédibilité. Je n’ai rien à redire. Ils m’ont séduit du début à la fin. Ils nous surprennent jusqu’au dernier moment. On n’est jamais sûr de les avoir vraiment cernés.

Les auteurs n’ont pas installé de vrai suspense, mais je suis restée sans voix plus d’une fois à la suite d’un rebondissement, et pourtant j’avais deviné une partie du dénouement dès le début. Le seul point faible pour moi de ce roman, c’est sa couverture. J’ai été assez déçu en le recevant. J’attache beaucoup d’importance à la présentation d’un livre. Après avoir finie cette lecture, je trouve finalement que cet échiquier colle parfaitement au récit, mais je n’aime toujours pas ce grand fond noir.

Je vous invite à aller voir le blog de Rémoras si vous voulez plus d’informations.

La phrase de la fin :
« Et je l’attendrai.« 

> Et s’il fallait mettre une note, ce serait :

Si vous êtes vous aussi intéressé pour réaliser une chronique du livre, n’hésitez pas à lire cet article, dans lequel nous proposons ce même type de partenariat. 🙂

Dans la même catégorie d’articles :

Vous aimez nos livres ? Envie de bonus, de cadeaux... ?

Rejoignez notre cercle d'abonnés pour être informé(e) de nos futures parutions, suivre notre actualité et en découvrir les coulisses.
Vous recevrez en moyenne une newsletter par semaine, ainsi qu'une notification chaque fois qu'un nouvel article sera publié sur notre blog (et votre adresse ne sera, bien sûr, jamais communiquée à des tiers).

Afin de vous remercier, nous vous offrons une copie numérique de Rémoras, La Faille - Volume 1, ou Les Affligés - Volume 1, lors de la validation de votre inscription, sur simple demande par email.

À bientôt !
Hélène et Sébastien

Votre inscription est bien enregistrée, merci !

Pin It on Pinterest