Edition numérique française : exemple d’aberration de prix

Edition numérique française : exemple d’aberration de prix

Edition numérique française : exemple d’aberration de prix

Lorsque certains racontent que l’édition numérique a du mal à décoller en France parce que les français ne veulent lire que sur papier, ils feraient bien de se demander aussi dans quelle mesure ces derniers apprécient d’être pris pour des andouilles par les maisons d’édition, lorsqu’il s’agit de comparer les prix…

Petit exemple pris au hasard sur Amazon aujourd’hui, pour la traduction du Tome 1 d’une saga anglophone de type Fantasy (très populaire), qui en compte 13 dans le découpage proposé pour la version française (au lieu des 4 gros tomes initiaux…ce qui leur permet de vendre beaucoup plus de livres !) :

L’édition numérique coûtant 3€ de plus que la version papier – brochée qui plus est – on se demande vraiment ce qui pourrait inciter le lecteur – même plein de bonne volonté – à tenter l’aventure de la liseuse…

La chose devient encore plus ridicule quand on regarde la version originale de la saga, en anglais, qui est notamment proposée en version complète, en un seul énorme volume (regroupant donc les 13 petits tomes évoqués précédemment) :

Ici, l’éditeur d’origine (qui vit dans un monde qui a compris l’intérêt du numérique) propose la version pour Kindle plus de 2 fois moins cher que la version papier la moins coûteuse vendue par Amazon, et surtout pour à peine plus cher que le simple tome 1 en français !!!

A titre indicatif, en huit heures de lecture (et je lis vite !), j’ai à peine atteint les 8% de cette version anglaise, ce qui vous laisse imaginer la taille de la bête et la belle affaire proposée au lecteur par l’éditeur original.

J’ai donc payé l’intégralité de mon histoire pour 13,79€, là où l’achat en français m’aurait coûté plus de 140€ (en achetant mes 13 tomes français séparément)…et qu’on ne vienne pas me faire croire que c’est juste à cause des coûts de traduction, d’autant qu’elle est réputée plutôt mauvaise (de plus, cela n’explique en rien l’écart de prix idiot qui existe entre format Kindle et format papier).

Bref, c’est dans ces moments-là que je suis bien contente d’être bilingue, mais c’est aussi dans ces moments-là que je me demande pourquoi les éditeurs français font tout ce qu’ils peuvent pour proposer des écarts entre papier et numérique aussi scandaleusement ridicules, au mépris des lecteurs !

Quand on sait que cette saga prise en exemple n’est toujours pas terminée, puisqu’un cinquième tome est à paraître, on peut imaginer que les éditeurs français persisteront à le découper lui aussi en trois ou quatre morceaux et à tenter en vain de vendre chaque unité en numérique à un prix bien juteux…ce qui les poussera à conclure que « non, manifestement les Français n’aiment pas lire en numérique…vous voyez, ils n’achètent pas ! ».

Hélène

Dans la même catégorie d’articles :

 

Vous aimez nos livres ? Envie de bonus, de cadeaux... ?

Rejoignez notre cercle d'abonnés pour être informé(e) de nos futures parutions, suivre notre actualité et en découvrir les coulisses.
Vous recevrez en moyenne une newsletter par semaine, ainsi qu'une notification chaque fois qu'un nouvel article sera publié sur notre blog (et votre adresse ne sera, bien sûr, jamais communiquée à des tiers).

Afin de vous remercier, nous vous offrons une copie numérique de Rémoras, La Faille - Volume 1, ou Les Affligés - Volume 1, lors de la validation de votre inscription, sur simple demande par email.

À bientôt !
Hélène et Sébastien

Votre inscription est bien enregistrée, merci !

Pin It on Pinterest