Carte blanche 2 à Patrick Jaulent

par | 5 12 14 | Carte blanche à... | 1 commentaire

Cet article a été écrit par le co-auteur de Game over !, Patrick Jaulent, et s’inscrit dans notre rubrique : « Carte blanche à… ». Vous êtes auteur, blogueur littéraire, vous appréciez notre ligne éditoriale et vous avez vous aussi envie de venir mettre votre grain de sel sur ce blog ? Contactez-nous !

« Mes frères, vous êtes dans le malheur, mes frères, vous l’avez mérité » Père Paneloux – La Peste – Albert Camus

Si vous aimez les statistiques, vous constaterez que le nombre de décès par avion par miles parcourus a fortement diminué par rapport à la situation en 1945, alors qu’il y a de plus en plus de personnes qui voyagent et plébiscitent ce moyen de transport.

Pourquoi ?
Il y a sans doute plusieurs raisons à cela, mais, pour ma part, je pense que la création en 1958 de la « Federal Aviation Administration » et des protocoles de sécurité et de maintenance plus strictes y sont, à n’en point douter, pour quelque chose.

Par contre, si vous regardez le nombre de nouvelles menaces informatiques, ce nombre ne fait qu’augmenter, et ce, de manière exponentielle.

Je suis persuadé que si un grand nombre d’avions s’écrasait demain, il y aurait immédiatement des enquêtes, des poursuites et une compression de l’activité aérienne avec des conséquences que chacun peut imaginer.
Game overLes cyber attaques ont augmenté de 62 % l’année dernière. Avez-vous entendu parler d’enquêtes, de poursuites et de chute de l’activité Internet ?

Dans un discours prononcé il y a deux ans, Leon E. Panetta, l’ancien secrétaire à la défense des États-Unis, a prédit qu’il faudrait une « cyber-Pearl Harbor » – une attaque paralysante qui pourrait entraîner la destruction physique et la perte de la vie pour réveiller la Nation. C’est exactement ce que je pense.

Au cours des deux dernières années, les violations ont frappé la Maison-Blanche, le Département d’État américain, l’agence de renseignement fédéral (NSA), l’une des plus grandes banques américaines (JP Morgan), vol de données de 4,5 millions de patients d’une chaîne d’hôpital gérant 206 établissements dans 26 états en avril et juin 2014, sans parler des médias (Times, Washington Post, etc. ) et la liste est longue.
La semaine dernière, Sony Pictures Entertainment a fait l’objet d’une cyber attaque massive entraînant le vol de milliers de films.

Vous en voulez encore ?
L’année dernière, plus de 552 millions de personnes se sont fait voler leur identité. Plus de la moitié des Américains, y compris le président Obama, ont dû remplacer leurs cartes de crédit au moins une fois à cause d’une violation.
Aux États-Unis, il y a un message que l’on entend à chaque conférence sur la cyber sécurité : aujourd’hui, il n’y a que deux types d’entreprises, celles qui ont été piratées et celles qui ne savent pas encore qu’elles ont été piratées.

L’Internet a été créé par des universitaires ignorant la sécurité.

J’étais jeune étudiant aux États-Unis et je me souviens de l’une des quatre universités qui faisaient partie de l’expérimentation de l’Internet. Tout ce que j’avais à savoir pour y accéder était un numéro de téléphone.
L’Internet a été détourné par des entreprises et des gouvernements, et c’est bien là le problème. Ils sont comme des petits enfants avec les clés de la voiture de papa, mais ils ne savent pas comment faire. Et lorsqu’ils deviennent grands, pour éviter certains « problèmes », ces conducteurs se réfugient dans la technologie, pensant être en sécurité. Ils achètent par exemple un détecteur de radar. Pendant un certain temps, ils évitent les contraventions pour excès de vitesse, mais ce qui doit arriver, arrive. L’accident !

Les particuliers et les entreprises font de même avec la sécurité informatique. Ils se réfugient derrière les technologies de prévention et de détection comme les pare-feu et des produits antivirus. C’est incroyable, particuliers et entreprises traitent le problème de sécurité de façon technique (cf. le boîtier anti radar) et non pas de façon stratégique en se posant les bonnes questions : Qui attaque ? Que cherche-t-il ? À quelles fins ?
Les personnes se réfugiant uniquement derrière la technologie pour traiter la sécurité sur Internet sont grisées par cette dernière. Elles sont obsessionnellement à la recherche de nouvelles intrusions, mais elles oublient qu’une fois que « quelqu’un » est à l’intérieur, il peut rester des mois inaperçu.
Ces personnes sont comme le chauffard qui est grisé, obsédé par la vitesse. Mais le boîtier détecteur de radar ne les sauvera pas !

Toutefois, dormez tranquille, le pire est à venir… et selon la formule consacrée de F. Lucchini : « Le pire n’est jamais décevant » !

Alors, préparez-vous à trembler… comme c’est indiqué sur la 4e de couverture de Game over !

Dans la même catégorie d’articles :

Commentaires Facebook

commentaires

1 Commentaire

  1. dominique

    J’ai eu une cyberattaque sur mon ancien blog, c’est pourquoi j’en ai fait un autre. Je tremble, c’est un coup des Chinois, ça encore.

      (Citer)  (Répondre)

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Vous aimez nos livres ? Envie de bonus, de cadeaux... ?

Rejoignez notre cercle d'abonnés pour être informé(e) de nos futures parutions, suivre notre actualité et en découvrir les coulisses.
Vous recevrez en moyenne une newsletter par semaine, ainsi qu'une notification chaque fois qu'un nouvel article sera publié sur notre blog (et votre adresse ne sera, bien sûr, jamais communiquée à des tiers).

Afin de vous remercier, nous vous offrons une copie numérique de Rémoras, La Faille - Volume 1, ou Les Affligés - Volume 1, lors de la validation de votre inscription, sur simple demande par email.

À bientôt !
Hélène et Sébastien

Votre inscription est bien enregistrée, merci !

Pin It on Pinterest

Shares
Share This