Carte blanche 4 à Stéphanie Aten : L’Imagination – un pouvoir à reconquérir

Carte blanche 4 à Stéphanie Aten : L’Imagination – un pouvoir à reconquérir

Cet article a été écrit par l’auteur de La 3e Guerre, Stéphanie Aten, et s’inscrit dans notre rubrique : « Carte blanche à… ».

Vous êtes auteur, blogueur littéraire, vous appréciez notre ligne éditoriale et vous avez vous aussi envie de venir mettre votre grain de sel sur ce blog ? Contactez-nous !

Stéphanie AtenÀ travers les époques et les cultures, elle a souvent été présentée comme un mal. Un danger. Le moyen le plus court de se perdre, de se laisser aller, de se déconnecter de la réalité, ou d’intervenir sur elle de façon délétère, en remettant en question ce qui ne doit surtout plus l’être, en déconstruisant la vérité si chèrement gagnée.

La Bible a présenté ce pouvoir, qui devait rester divin, comme le pire fléau qui pourrait s’abattre sur l’homme s’il venait à vouloir l’utiliser. L’homme était censé se contenter d’obéir, suivre aveuglément les ordres qui lui étaient donnés parce qu’ils étaient les garants de sa félicité. Réfléchir, remettre en question, imaginer autre chose, lui était interdit…

Et pourtant… l’imagination est précisément ce qui l’a ouvert à la possibilité de devenir pleinement humain. Elle est la porte qui lui a permis de franchir un seuil. L’enfant, soumis et guidé, a ainsi pu se mettre à marcher seul et avancer vers l’âge adulte. Il s’est mis à jouer à Dieu, en découvrant le pouvoir de bâtir le monde à sa propre convenance. L’imagination est le seul chemin qui lui permette de grandir…

Mais ce pouvoir est dangereux, parce qu’il ne connaît aucune limite. Ni dans le temps, ni dans l’espace. Ni dans la quantité, ni dans la qualité. Un véritable pouvoir divin, qui nous dépasse largement, dont nous ne connaissons pas les règles, et que nous peinons grandement à apprivoiser.

stéphanie atenCe pouvoir ne fait pas seulement de nous des êtres libres, mais aussi des êtres responsables.
Puisque nous avons la possibilité de transcender nos situations, de transformer la fixité en éternelle évolution, de remettre en question et expérimenter les voies jusqu’à trouver la bonne, nous sommes également responsables de l’utilisation que nous en faisons et de ses retentissements. Tout comme nous sommes responsables du refus de prolongement, lorsque nous nous contentons de rêver d’autre chose, sans chercher à le concrétiser d’une quelconque façon.

L’imagination est notre plus grand pouvoir, et notre plus lourd fardeau. Notre plus grand fléau, et notre plus beau cadeau.

Or, plus que jamais, aujourd’hui, nous avons besoin de nous remettre à imaginer.
Imaginer un autre monde, régi par de nouvelles règles, où les lois naturelles auraient autant leur place que les ordonnances humaines. Imaginer un monde où l’équilibre régnerait, entre les hommes, les cultures, les êtres vivants, et leur environnement. Plus que jamais, nous avons besoin de sortir de ce carcan dans lequel nous avons été figés, et dont le caractère inique n’est plus à démontrer. Plus que jamais, l’imagination de l’homme a un rôle à jouer. Un rôle qui pourrait bien aller jusqu’à sauver une planète entière de la catastrophe, s’il est assumé.

stéphanie aten2Si nous abandonnons ce pouvoir, nous abandonnons notre humanité.

L’imagination fait de nous des êtres libres, sans elle nous sommes en prison.

En bref : pour être pleinement humain, soyons perpétuellement imaginatifs.

Car, outre son pouvoir de régénération continuelle, c’est grâce à elle que la sympathie et la compassion existent. Nous ne nous sentons liés aux autres que parce que nous savons imaginer ce qu’ils ressentent, et que ce ressenti devient alors également le nôtre. Si nous cessons d’imaginer, nous nous déconnectons les uns des autres, et nous devenons des êtres esseulés, impuissants, et vides.

Remettons-nous à imaginer qu’un autre monde est possible.
Redécouvrons ce pouvoir de création et d’influence, d’action et de changement, avant d’en perdre le souvenir pour de bon, et de nous croire indignes de sa possession.

Dans la même catégorie d’articles :

Commentaires Facebook

commentaires

Carte blanche 3 à Stéphanie Aten : deux livres pour mieux écrire

Carte blanche 3 à Stéphanie Aten : deux livres pour mieux écrire

Cet article a été écrit par l’auteur de La 3e Guerre, Stéphanie Aten, et s’inscrit dans notre rubrique : « Carte blanche à… ».

Vous êtes auteur, blogueur littéraire, vous appréciez notre ligne éditoriale et vous avez vous aussi envie de venir mettre votre grain de sel sur ce blog ? Contactez-nous !

Stéphanie AtenIl en existe beaucoup, des livres qui vous conseillent, vous « tuyautent », vous expliquent les ficelles narratives, la construction d’un personnage, ce qui marche, ne marche pas, pourquoi…
Il y en a tellement qu’on finit par ne plus savoir auquel se fier et, si on en lit beaucoup, on s’aperçoit qu’au final, en essence, ils disent tous la même chose, mais de manière différente.

Alors je vais vous donner des infos sur deux d’entre eux qui sont toujours restés, malgré la masse de ceux que j’ai lus, mes béquilles. Mes guides. Ceux vers lesquels je reviens toujours lorsque je doute de la qualité de ce que je fais. Ils sont l’essence de ce qu’il FAUT savoir quand on écrit, parce qu’écrire ne se fait pas sans maîtrise ni conscience.

Le premier : même quand on ne débute plus, revenir aux bases est souvent salutaire !
Ce livre met le doigt sur tout ce qui est évident, et le formule, ce qui entraîne souvent des prises de conscience surprenantes !
Comme on écrit plus souvent d’instinct qu’en travaillant, qu’on soit expérimenté ou débutant, ce « mode d’emploi » (le terme est mal choisi, le contenu vaut mieux que ça) vous ramène sur les rivages de l’humilité, et vous contraint à un questionnement essentiel pour vous éviter des déconvenues fréquentes : pourquoi et comment vous faites fausse route, pourquoi et comment votre œuvre reste médiocre, pourquoi et comment vous corriger.premier roman

L’évidence, c’est souvent ce qu’on oublie en premier, et pourtant, c’est d’abord par sa maîtrise que passent le succès et les critiques élogieuses. Bien souvent, on sait « instinctivement », quand on lit un bon roman, pourquoi il fonctionne. Mais bizarrement, quand nous nous mettons à écrire, nous oublions d’analyser ces évidences, et de les appliquer. Elles disparaissent, noyées sous les eaux de notre inspiration débridée, rétive au self-control. Ce livre est là pour nous les rappeler.

C’est une bouée : il sauve ceux qui ne savent pas encore nager, et soulage ceux qui nagent depuis un bon moment.
Le relire avant chaque nouveau projet, c’est comme réviser la carte du ciel avant de prendre la mer : vous vivrez une aventure sans jamais vous perdre. Vous pourrez improviser tout en sachant ce que vous faites.

Le second : non, il ne s’adresse pas qu’aux scénaristes, bien au contraire !

guide du scenaristeDans ce livre, vous trouverez tout, absolument tout ce qu’il faut savoir sur le mythe du héros. Son voyage disséqué en étapes, les personnages qui l’accompagnent et leurs fonctions, les notions qui font d’une histoire un gouffre plutôt qu’un lac lassant.
Le Mythe du héros est à la base de tous les très grands films hollywoodiens, mais pas seulement. Il est le digne héritier des enseignements de « La Poétique » d’Aristote, qu’il a eu le bon goût de reprendre, reformuler, réagencer, égayer, pour vous donner la quintessence même de ce qu’est une histoire réussie, prenante, intense, addictive.
À travers ce livre, vous découvrirez en fait les rouages de notre inconscient : pourquoi on vibre, pourquoi on est happé, pourquoi on en redemande. Pour « bien raconter », il faut connaître ces notions, avec lesquelles vous pouvez ensuite jouer, pour élaborer votre propre narration.

Un excellent complément aux « évidences » du précédent, qui fera de vous un vrai pro, parfaitement conscient et maître de ce qu’il fait.

Bon voyage au cœur de vos capacités, marins de l’Encre !

Premier roman, mode d’emploi – Laure Pécher – Éditions Zoé
Le Guide du scénariste – Christopher Vogler – Éditions Dixit

Dans la même catégorie d’articles :

Commentaires Facebook

commentaires

Carte blanche à Madeline Desmurs : Les auteurs et compagnie

Carte blanche à Madeline Desmurs : Les auteurs et compagnie

Cet article a été écrit par l’auteur de « Liés par le sang », et « Meurtre au manoir des Furets », Madeline Desmurs, et s’inscrit dans notre rubrique : « Carte blanche à… ».

Vous êtes auteur, blogueur littéraire, vous appréciez notre ligne éditoriale et vous avez vous aussi envie de venir mettre votre grain de sel sur ce blog ? Contactez-nous !

Nous avons tous, l’image de l’écrivain solitaire enfermé dans une maison de campagne, un phare ou un manoir perdu, loin de tous divertissements, de tous êtres humains, étirant les heures d’écriture jusqu’à ce que la lune haute éclaire ses traits fatigués.
Halte aux idées reçues, l’auteur bien qu’il soit le protagoniste de son livre, n’est pas seul et désespéré face à ses pages ou plutôt l’écran de son ordinateur. En tout cas, ce n’est pas comme ça que je ressens le dur mais si épanouissant exercice qu’est l’écriture.

Madeline1D’abord parce que lorsque je crée mes personnages, ils me suivent aussi hors des heures que je consacre à leurs histoires. Je pense à eux en voiture, sous la douche, et il m’arrive même de me réveiller la nuit pour noter quelques idées à la lumière de mon portable. Certains s’inspirent de personnes que je connais. J’adore mélanger le réel et l’imaginaire.

Ensuite parce que j’ai toujours besoin d’informations surtout pour le polar que j’écris actuellement.
J’aimerais qu’il soit vraiment proche de la réalité et j’ai la chance d’avoir dans mon entourage des personnes qui peuvent m’aider en matière de procédure policière ou judiciaire.

Madeline2J’ai aussi un petit groupe de lecteurs et amis fidèles qui bénévolement et avec enthousiasme prennent le temps de lire et de relire afin de faire une première correction et de me donner leur avis. Une fois le manuscrit accepté par l’éditeur, bon nombre de personnes vont tour à tour bosser sur le texte, la mise en page, la couverture, la communication.

J’ai en plus la chance d’être publié par les Éditions Hélène Jacob qui me permettent de m’investir à chaque étape.

Enfin, parce que les lecteurs s’approprient l’histoire et que leurs commentaires m’ouvrent parfois une autre perspective sur mes écrits.
J’apprécie l’échange quasi instantané que le web permet et surtout les rencontres qui sont toujours un réel bonheur.

En fin de compte, derrière les livres se cache un monde fou !

J’en profite pour dire à tous… un grand merci !

Madeline Desmurs

Madeline3

Dans la même catégorie d’articles :

Commentaires Facebook

commentaires

Carte blanche à Kathy Dorl : « Feel-good book » ou livre qui rend heureux ?

Carte blanche à Kathy Dorl : « Feel-good book » ou livre qui rend heureux ?

Cet article a été écrit par l’auteur de « Ce que femme veut… », « Fifty-Fifty » et prochainement « Déconfitures et pas de pot », Kathy Dorl, et s’inscrit dans notre rubrique : « Carte blanche à… ».

Vous êtes auteur, blogueur littéraire, vous appréciez notre ligne éditoriale et vous avez vous aussi envie de venir mettre votre grain de sel sur ce blog ? Contactez-nous !

keep-calm-and-read-kathy-Dorl-terDans la salle d’attente de mon chirurgien-dentiste, j’attrape le dernier magazine « Elle » et, déformation de scribouillarde oblige, je file directement à la chronique d’Anna Gavalda : « Adopte un livre ».

Et je lis : « Ce truc de “feel-good”, un feel-good movie, un feel-good book, ça ne veut rien dire et c’est niais. »

Mes yeux se brouillent, je suis prise de panique, j’hyperventile, vite un sac en papier !

Afin d’être sur la même longueur d’onde qu’Anna, je recherche la définition exacte de niais sur mon smartphone et je lis à nouveau :

Niais, niaise (adjectif et nom) : qui est sot et gauche par excès de simplicité ou par manque d’expérience.

Je me liquéfie sur mon siège, une dent à dévitaliser, pas besoin d’anesthésie locale, Doc’, je suis déjà K.O. Un 747 vient d’atterrir sur mes pompes.

Deux neurones se croisent enfin dans mon cerveau : mais non ! T’as rien capté ! Anna aime les livres qui font du bien au moral, ce qu’elle n’aime pas, c’est l’expression « feel-good ».

Ouf je respire à nouveau ! I feel good !

https://www.youtube.com/watch?v=U5TqIdff_DQ

Par précaution, on n’est jamais trop prudent, je corrige certains anglicismes glissés ci-dessus.
Je n’ai pas de smartphone, mais un téléphone intelligent et je n’étais pas K.O, mais juste assommée…

Et elle a raison Anna Gavalda, c’est has-been cette expression (oups je voulais dire : dépassé) sauf pour James Brown. Et surtout simpliste et réducteur. « Good » ne suffit pas à résumer un livre.

Je m’en vais de ce pas (bon après le dentiste tout de même) modifier ma page Facebook et mon blog ! Et il faut que j’appelle mon éditeur pour qu’il modifie mes quatrièmes de couverture !

— Ça, c’n’est pas une bonne idée, sauf si tu tiens à recevoir la station spatiale internationale sur tes pompes ! me glisse un de mes deux neurones en me tapotant l’épaule.
(Oui je confirme, mes neurones sont capables de me taper sur l’épaule. Et alors ? J’vous en pose des questions, moi ?)

Tout compte fait, j’n’ai pas trop envie de me coltiner la station spatiale sur mes petons déjà bien endoloris par le 747.
Alors tout à l’heure, je rentrerai chez moi, et c’est avec bonheur que je mettrai à jour mon profil.

Je veux de l’anti-morosité, de la joie de lire, des bulles de champagne, de la fraîcheur ou tout simplement « que ces livres rendent heureux » !

Bonnes lectures… 🙂

Kathy Dorl

Dans la même catégorie d’articles :

Commentaires Facebook

commentaires

Carte blanche 2 à Patrick Jaulent

Carte blanche 2 à Patrick Jaulent

Cet article a été écrit par le co-auteur de Game over !, Patrick Jaulent, et s’inscrit dans notre rubrique : « Carte blanche à… ». Vous êtes auteur, blogueur littéraire, vous appréciez notre ligne éditoriale et vous avez vous aussi envie de venir mettre votre grain de sel sur ce blog ? Contactez-nous !

« Mes frères, vous êtes dans le malheur, mes frères, vous l’avez mérité » Père Paneloux – La Peste – Albert Camus

Si vous aimez les statistiques, vous constaterez que le nombre de décès par avion par miles parcourus a fortement diminué par rapport à la situation en 1945, alors qu’il y a de plus en plus de personnes qui voyagent et plébiscitent ce moyen de transport.

Pourquoi ?
Il y a sans doute plusieurs raisons à cela, mais, pour ma part, je pense que la création en 1958 de la « Federal Aviation Administration » et des protocoles de sécurité et de maintenance plus strictes y sont, à n’en point douter, pour quelque chose.

Par contre, si vous regardez le nombre de nouvelles menaces informatiques, ce nombre ne fait qu’augmenter, et ce, de manière exponentielle.

Je suis persuadé que si un grand nombre d’avions s’écrasait demain, il y aurait immédiatement des enquêtes, des poursuites et une compression de l’activité aérienne avec des conséquences que chacun peut imaginer.
Game overLes cyber attaques ont augmenté de 62 % l’année dernière. Avez-vous entendu parler d’enquêtes, de poursuites et de chute de l’activité Internet ?

Dans un discours prononcé il y a deux ans, Leon E. Panetta, l’ancien secrétaire à la défense des États-Unis, a prédit qu’il faudrait une « cyber-Pearl Harbor » – une attaque paralysante qui pourrait entraîner la destruction physique et la perte de la vie pour réveiller la Nation. C’est exactement ce que je pense.

Au cours des deux dernières années, les violations ont frappé la Maison-Blanche, le Département d’État américain, l’agence de renseignement fédéral (NSA), l’une des plus grandes banques américaines (JP Morgan), vol de données de 4,5 millions de patients d’une chaîne d’hôpital gérant 206 établissements dans 26 états en avril et juin 2014, sans parler des médias (Times, Washington Post, etc. ) et la liste est longue.
La semaine dernière, Sony Pictures Entertainment a fait l’objet d’une cyber attaque massive entraînant le vol de milliers de films.

Vous en voulez encore ?
L’année dernière, plus de 552 millions de personnes se sont fait voler leur identité. Plus de la moitié des Américains, y compris le président Obama, ont dû remplacer leurs cartes de crédit au moins une fois à cause d’une violation.
Aux États-Unis, il y a un message que l’on entend à chaque conférence sur la cyber sécurité : aujourd’hui, il n’y a que deux types d’entreprises, celles qui ont été piratées et celles qui ne savent pas encore qu’elles ont été piratées.

L’Internet a été créé par des universitaires ignorant la sécurité.

J’étais jeune étudiant aux États-Unis et je me souviens de l’une des quatre universités qui faisaient partie de l’expérimentation de l’Internet. Tout ce que j’avais à savoir pour y accéder était un numéro de téléphone.
L’Internet a été détourné par des entreprises et des gouvernements, et c’est bien là le problème. Ils sont comme des petits enfants avec les clés de la voiture de papa, mais ils ne savent pas comment faire. Et lorsqu’ils deviennent grands, pour éviter certains « problèmes », ces conducteurs se réfugient dans la technologie, pensant être en sécurité. Ils achètent par exemple un détecteur de radar. Pendant un certain temps, ils évitent les contraventions pour excès de vitesse, mais ce qui doit arriver, arrive. L’accident !

Les particuliers et les entreprises font de même avec la sécurité informatique. Ils se réfugient derrière les technologies de prévention et de détection comme les pare-feu et des produits antivirus. C’est incroyable, particuliers et entreprises traitent le problème de sécurité de façon technique (cf. le boîtier anti radar) et non pas de façon stratégique en se posant les bonnes questions : Qui attaque ? Que cherche-t-il ? À quelles fins ?
Les personnes se réfugiant uniquement derrière la technologie pour traiter la sécurité sur Internet sont grisées par cette dernière. Elles sont obsessionnellement à la recherche de nouvelles intrusions, mais elles oublient qu’une fois que « quelqu’un » est à l’intérieur, il peut rester des mois inaperçu.
Ces personnes sont comme le chauffard qui est grisé, obsédé par la vitesse. Mais le boîtier détecteur de radar ne les sauvera pas !

Toutefois, dormez tranquille, le pire est à venir… et selon la formule consacrée de F. Lucchini : « Le pire n’est jamais décevant » !

Alors, préparez-vous à trembler… comme c’est indiqué sur la 4e de couverture de Game over !

Dans la même catégorie d’articles :

Commentaires Facebook

commentaires

 

Carte blanche 2 à Stéphanie Aten : L’école du scénario, ou comment apprendre à raconter

Carte blanche 2 à Stéphanie Aten : L’école du scénario, ou comment apprendre à raconter

Cet article a été écrit par l’auteur de « La 3e Guerre », Stéphanie Aten, et s’inscrit dans notre rubrique : « Carte blanche à… ».

Vous êtes auteur, blogueur littéraire, vous appréciez notre ligne éditoriale et vous avez vous aussi envie de venir mettre votre grain de sel sur ce blog ? Contactez-nous !

Stéphanie AtenOn se demande souvent si l’écriture s’apprend. S’il faut « naître auteur », si on peut le devenir, si on peut feindre de l’être… Existe-t-il une école, ou au moins une recette, pour écrire « bien », vite, et de façon percutante ?

Beaucoup de propositions de formation sont nées avec l’essor du numérique, parce qu’avec lui, l’écriture s’est démocratisée.
Se faire publier est dorénavant à la portée de tous, et au bout du compte, n’importe qui peut se targuer à présent d’être « auteur ». Tout le monde, ou presque, écrit, et pour les plus passionnés ou scrupuleux d’entre nous, la naissance de ces formations à l’écriture, est l’opportunité de mieux travailler nos créations, et de nous distinguer de la masse.

En ce qui me concerne, j’ai toujours trouvé que l’école du scénario était la meilleure des écoles pour comprendre et assimiler les « ficelles » de la narration.

Très tôt, bien avant les « formations littéraires » qui lui ont emboîté le pas, ne faisant d’ailleurs, le plus souvent, que reproduire ce qu’elle s’était déjà attachée à enseigner, l’école du scénario a identifié et détaillé une grande technicité, tant dans les principes narratifs que dans l’élaboration des personnages. Une technicité telle, qu’elle est dorénavant étudiée durant trois ans avant de pouvoir être parfaitement assimilée, jusqu’à pouvoir en jouer. Une technicité telle, qu’elle a même ses pontes et grands spécialistes, de Robert McKee à Yves Lavandier.recette

Pourquoi une telle école ?

Parce qu’écrire un scénario, c’est répondre à un cahier des charges précis. C’est répondre à une contrainte de temps, de budget, de tendance.
C’est aussi assimiler la prédisposition psychologique du futur public, qui aime qu’on lui raconte les histoires d’une certaine façon, et en satisfaisant une certain nombre de points.

machine à scénarEt le résultat, c’est qu’au bout du compte, quand on sait écrire un film, on est capable d’écrire un livre, alors que l’inverse n’est pas forcément valable.

Bien sûr, il pourra manquer au scénariste, les indispensables qualités que sont le style, le sens de la musicalité, de la tournure, de la langue. Il s’agit là, d’ailleurs, des véritables expressions du « don » dont on parle parfois quand on pense aux grands écrivains.

Mais le scénariste a un avantage considérable avec la formation qu’il reçoit : le sens de la construction.

En scénario, on apprend à bâtir une œuvre, pour pouvoir mieux la raconter. On apprend d’abord ce que signifie « pivots », « catalyseur », « question centrale », « gestion de l’information », avant d’écrire une ligne. On apprend ce que signifie « personnages complexes », « personnages centraux », « faire-valoir du héros », « mentor, messager, trickster, ombre », pour raconter avec maîtrise et envergure.La 3e Guerre

Je ne dis pas que c’est parce que l’on apprend qu’on est forcément bon, loin de là ! Je dis juste que cet enseignement-là, m’a aidée, très souvent, à me sentir moins perdue. A conscientiser ce que je racontais, comment je le faisais, et à considérablement améliorer ce que j’écrivais.

Raconter, c’est transmettre. Et pour transmettre efficacement, il faut être intelligible, et intéressant.

L’école du scénario m’a apporté des ficelles et connaissances qui me servent continuellement, et qui ne font que décupler mon plaisir d’écrire, parce que je ne me sens jamais à cours de solutions pour me débloquer, ou m’analyser.

Là où certains se demandent encore si ça s’apprend, j’en ai déjà l’intime conviction, et je suis bien contente d’en avoir pris conscience.

Dans la même catégorie d’articles :

Commentaires Facebook

commentaires

 

Pin It on Pinterest

Vous aimez nos livres ? Envie de bonus, de cadeaux... ?

Rejoignez notre cercle d'abonnés pour être informé(e) de nos futures parutions, suivre notre actualité et en découvrir les coulisses.
Vous recevrez en moyenne une newsletter par semaine, ainsi qu'une notification chaque fois qu'un nouvel article sera publié sur notre blog (et votre adresse ne sera, bien sûr, jamais communiquée à des tiers).

Afin de vous remercier, nous vous offrons une copie numérique de Rémoras, La Faille - Volume 1, ou Les Affligés - Volume 1, lors de la validation de votre inscription, sur simple demande par email.

À bientôt !
Hélène et Sébastien

Votre inscription est bien enregistrée, merci !